Biocamer

Un corps sain, dans un environnement sain.


3 Commentaires

Invention: Une pirogue écologique à base de bouteilles plastiques

Le concept d’Ismaël Essome, un jeune camerounais de 27 ans, permet de lutter contre la pollution plastique, le déboisement et le changement climatique.

La pirogue écologique flottant sur les eaux..Le climat est doux ce mardi du mois de juillet 2017 sous le ciel de Kribi, chef-lieu du département de l’Océan, dans la région du Sud du Cameroun ; mais les eaux de la mer sont particulièrement agitées. La marée est haute et aucun jeune n’a osé lancer sa pirogue à l’eau, dans ce village qui compte près de 400 pêcheurs. La hauteur et la force des vagues dissuadent quiconque projette de s’y aventurer. C’est aujourd’hui, et dans ces conditions non favorables à la navigation, qu’Ismaël Essome a décidé de tester l’efficacité de sa pirogue écologique devant quelques journalistes et une foule de curieux sceptiques. La particularité de son canoë, qu’il a d’ailleurs baptisé « Ecoboat» (pirogue écologique, en anglais), c’est qu’elle a été entièrement construite à base de bouteilles en plastique recyclées. Lire la suite

Publicités


1 commentaire

Construction: Des éco-tuiles à base de déchets plastiques

L’entreprise Bocom Recycling, basée à Douala au Cameroun, fabrique des tuiles à base de plastiques recyclés pour le revêtement des maisons.

Douala, le 16 septembre 2017. Un curieux comptemple des éco tuiles exposées.

Entrer une légende

Selon les statistiques, le Cameroun produit près de 600 000 tonnes de déchets plastiques chaque année. Une bonne partie de ces déchets, du fait de l’incivisme des populations, achève sa course dans les drains et cause des inondations. Une autre étude a récemment démontré que la quantité de déchets plastiques produite par un individu se multiplie par 5 chaque année. Fidèle Nguela, le directeur général de Bocom Recycling, indique qu’il est possible de se sortir d’affaire, de protéger l’environnement de cette pollution plastique et d’en tirer pleinement bénéfices. Son entreprise, spécialisée dans le recyclage des déchets œuvre depuis quelques temps dans la transformation de tout type de plastique en éco-tuiles pour le revêtement des maisons. Lire la suite


Poster un commentaire

Recyclage : L’art contre la jacinthe d’eau

L’artiste camerounais Samuel Py Dipoko transforme cette plante aquatique qui assèche les cours d’eau, en tableaux et accessoires de décoration.

Samuel Py Dipoko devant un tableau fait à base de jacinthe d'eau

Samuel Py Dipoko présente une de ses toiles faites à base du recyclage de la jacinthe d’eau. Crédit photo: Mathias Mouendé ngamo

A Bonabéri, dans l’arrondissement de Douala 4ème au Cameroun, Samuel Py Dipoko est lancé depuis quelques années dans le combat contre la jacinthe d’eau. L’ancien député de la nation a créé une galerie, Art-Ecolo-Culture, spécialisée dans le recyclage de cette plante aquatique qui menace les cours d’eau. L’artiste transforme cette « sorcière végétale » en tableau et en objet de décoration, tels les tapis, les canaris, les sacs-à-main, les chapeaux. Samuel Py Dipoko se procure la matière première dans la rivière Bipélé à la sortie Ouest de la ville. Le cours d’eau est recouvert de jacinthe à perte de vue, empêchant la navigation sur ce bras du fleuve Wouri. Lire la suite


Poster un commentaire

Audrey Monkam : Miss Beach veut sauver les océans

La jeune fille de 22 ans élue lors de la finale de la 9ème édition du concours de beauté à Limbé, au Cameroun, s’est engagée dans la lutte contre la pollution marine.

Audrey Nabila Monkam, Miss Beach 2017.

Audrey Nabila Monkam n’en revient toujours pas. Malgré le beau sourire qui illumine son visage ce samedi 27 mai 2017, quelques gouttes de larmes sillonnent sur ses joues. Des larmes de joie visiblement, puisque la jeune fille de 22 ans vient de décrocher la couronne lors de la finale de la 9ème édition de l’élection Miss Beach sur les plages de l’hôtel Seme Beach à Limbé, dans la région du Sud-ouest du Cameroun. La nouvelle « reine des plages» qui mesure 1,80 m représentait ainsi la région du Nord-ouest. Elle est une ancienne étudiante de l’université de Buea, actuellement en quête d’emploi. « Je suis très contente d’avoir remporté la couronne de Miss Beach 2017.  La compétition n’était pas facile, mais j’ai donné le meilleur de moi. Je suis restée naturelle », indique l’heureuse élue.

Audrey Nabila Monkam, qui succède à Marole Raymonde Bouame Mbole, peut alors entamer la réalisation de sa mission, celle de promouvoir la culture et les sites touristiques au Cameroun. La nouvelle élue a axé son action sur la lutte contre la pollution marine. Lire la suite


1 commentaire

Cameroun : La laverie mobile écolo prend du service

L’invention du Camerounais Sylvain Honnang permet de nettoyer les véhicules en 15 minutes, en l’absence de courant électrique et en évitant un gaspillage en eau.  

Sylvain Honnang présente son invention la Howash

Le Camerounais Sylvain Honnang présente son invention, la Howash

Vous vous souvenez sans doute de la Howash, cet appareil mobile écologique inventé par le Camerounais Sylvain Honnang, qui permet de nettoyer un véhicule en 15 minutes avec six litres d’eau seulement. Eh bien, bonne nouvelle pour les habitants de Douala, capitale économique du Cameroun, qui peuvent désormais bénéficier des services de ce nouveau bijou depuis le 21 avril 2017. Des spécimens de ce gadget ont été déployés devant un supermarché (Supermarché U) au quartier Bali. Les clients ont ainsi la possibilité de faire nettoyer leur véhicule à 1000 F. Cfa (environ 1,53 Euro), le temps des courses. Selon le concepteur, Lire la suite


1 commentaire

Cameroun: Halte à l’incivisme des jeunes

Les actions des associations et Ong locales engagées dans la lutte pour la protection de l’environnement se heurtent à plusieurs actes d’incivisme qui hypothèquent les résultats escomptés.

Cameroun Un dépotoir d'ordures sur la chaussée, près de la cloture du lycée de New Bell à Douala, en dépit de la plaque d'interdiction. Crédit photo Mathias Mouendé Ngamo

Cameroun: Un dépotoir d’ordures sur la chaussée, près de la clôture du lycée de New Bell à Douala, en dépit de la plaque d’interdiction. Crédit photo: Mathias Mouendé Ngamo

Dans un contexte déjà marqué par les changements climatiques, tous ces dépotoirs d’ordures qui jonchent les rues et la chaussée ne favorisent pas le recul du phénomène. Une fois les averses survenues, ces déchets se retrouvent aussitôt dans les drains, bloquent la circulation de l’eau et bienvenue les inondations et leur lot de maladies hydriques et maladies de la peau.

Les seules actions des associations et Ong pour barrer la voie à l’incivisme au Cameroun ne semblent pas suffisantes pour lutter contre le changement climatique, dont la menace plane toujours. Lire la suite


1 commentaire

Gérard Nyemb : Il tisse ses toiles à l’ombre du bananier

Le jeune éco-artiste basé dans la capitale économique du Cameroun réalise des tableaux à base de fibres sèches de bananier et autres feuilles mortes récupérées dans la nature.

Gérard Nyemb pose devant une de ses toiles réalisées à base de fibres de bananiers.

L’éco-artiste Gérard Nyemb pose devant une de ses toiles réalisées à base de fibres de bananier. Crédit Photo: Mathias Mouendé Ngamo

Pour réaliser ses toiles, Gérard Nyemb ne visite pas les grands magasins hors de prix pour se procurer la matière première, comme le font les autres artistes plasticiens. Cet amoureux de la nature se rend plutôt dans une petite broussaille à quelques mètres de sa maison au lieu-dit Pk8, un quartier périphérique de la ville de Douala au Cameroun. Là, il recueille des fibres de bananier, quelques feuilles mortes d’avocatier et des rafles de maïs. Il taille chacune des fibres récoltées avec le plus grand soin et les ajuste avant de retourner dans son atelier. Lire la suite


5 Commentaires

Cameroun : La deuxième vie des téléphones portables

A Douala, des jeunes se sont lancés depuis 2016 dans un projet de collecte et recyclage de déchets de mobiles.

Douala. Des jeunes de l'Ong Fctv effectuent un tri des déchets de téléphones portables.

Des jeunes de l’Ong Fctv effectuent un tri des déchets de téléphones portables Crédit Photo: Mathias Mouendé Ngamo

 «Quand je suis encombré par les accessoires de téléphones portables, je les déverse dans une poubelle. Mais la plupart du temps, je les rassemble et je les brûle pour m’en débarrasser et faire un peu d’espace dans mon atelier». Ce réparateur de téléphones portables endommagés rencontré au lieu-dit Ancien 3ème à Douala, capitale économique du Cameroun, n’a pas conscience des dangers qu’il fait peser sur la santé de son entourage et sur l’environnement. Il n’est d’ailleurs pas le seul à avoir recours à ces méthodes. Le lieu-dit Ancien 3ème à Douala et le lieu-dit Avenue Kennedy dans la ville de Yaoundé abritent des centaines de réparateurs de mobiles qui peuvent recevoir par jour de travail, près de dix clients chacun. La quantité de déchets de mobiles déversés dans la nature ou consumés est alors énorme. Lire la suite